Quelques mots sur le budget 2009 de la ville de Metz

Publié le par Anne Fritsch-Renard

J'inaugure par cet article, une nouvelle rubrique de ce blog. Je tenterai , à intervalles irréguliers, de vous y donner un aperçu de ma vie d'adjointe, ... de la partie immergée de l'iceberg (pour la partie émergée voir la presse locale). N'hésitez pas à me dire si cela présente un intérêt ... et surtout à réagir.

En guise de première, commençons par le budget 2009. Je vous livre ci dessous, mon intervention au conseil municipal. Il faut savoir qu'en général les parties techniques des motions présentées sont écrites par les personnels des services (qu'ils en soient remerciés).
Les élus ajoutent leur angle politique.
Voici donc:
Le texte complet de mon intervention au conseil municpal du 26 mars 2009 (cliquez ici),

Le texte du rapport sur le budget 2009 donné aux conseillers municipaux (cliquez ici, attention fichier de 6 Mo).

Et si vous ne voulez pas télécharger de fichier, voici l'introduction de mon intervention:

A notre arrivée à la mairie de Metz, il y a un an, une personne des services municipaux m’avait prévenu que les élus n’étaient que la poussière sur le meuble de la ville. C’est une image qui me plait beaucoup. Je crois en effet que chaque jour, nous devons nous demander si nous sommes la poussière qui masque la réalité ou la cire qui nourrit le bois, le protège et l’embellit dans le temps.
 
Il y a un peu plus de 25 ans, je faisais mes études à Metz. J’entrevoyais la beauté de la ville sous la crasse et l’abandon. Si j’habite Metz et si je suis parmi vous c’est grâce à l’action d’hommes comme M.Rausch. 
Hélas toute méthode à ses limites dans un monde en mutation. Le recul de Metz dans les classements nationaux est patent ; comme l’avait souligné les Echos en 2008, ou comme le souligne le dernier rapport du Comité Economique et Social de Lorraine. 
Rendez vous compte que les foyers fiscaux de la ville sont pour la première fois en recul en 2008.
Nos actions prennent du temps à porter leurs fruits ou à provoquer un déclin. 
Je tenais à partager ces quelques points parce que derrière les chiffres que nous allons partager, il ne faut jamais oublier le sens de l’action et la durée ; et parce que ce budget 2009 est fondamentalement un budget de transition ou l’ancien côtoie le nouveau ; ou l’inertie du passé se confronte aux réorientations pour le futur.
 
Trois point clefs pour comprendre ce budget de transition
- Premier point : la manière de le construire, de l’expliquer a été beaucoup plus participative et transparente à travers l’audit Ernst & Young, à travers de nombreux débats et formations internes, à travers un vrai débat d’orientation budgétaire
 
- Deuxième point, et je reprends ma métaphore d’ébéniste : il s’agit de décaper et passer une première couche de cire: c’est l’évolution du fonctionnement
Décaper : il y a des coûts exceptionnels dans ce budget
Première couche de cire: il s’agit des mesures nouvelles à tester, ou qui porteront des fruits plus tard
La hausse du fonctionnement est apparemment élevée, elle est en partie transitoire.
 
- Troisième point il faut maintenir le niveau de stock de cire pour les années suivantes
C'est-à-dire préserver une capacité d’investissement très forte pour réorienter l’immense navire qu’est la ville.
Et c’est ce dernier point qui conduit à décider d’augmenter les impôts, nous y reviendront.
 
Cette hausse d’impôts. Je puis vous assurer que c’est un crève-cœur ; notre responsabilité vis-à-vis de la ville et de ses habitants nous oblige à une décision dont les conséquences sont légitimement perçues comme injuste par nombre de nos concitoyens. 
Nous avons mis tout en œuvre à travers les cantines scolaires et les médiathèques pour corriger ces injustices et nous continuerons à agir dans ce sens...
Mais nous payons au prix fort, nous personnel politique, notre incapacité à réformer un système fiscal aberrant.
 
En mon âme et conscience, je me sens toujours capable de regarder en face ceux que nous avons croisés pendant la campagne, ceux que nous croisons tous les jours.
La politique c’est faire des choix ; c’est le prix à payer pour être la patine du meuble et non la poussière qui s’y dépose.
 

Publié dans Se regarder le nombril

Commenter cet article

Léon 19/04/2009 10:10

Merci pour votre réponse qui cependant ne me rassure pas pleinement.Etant moi-même contrôleur de gestion j'ai tripoté les chiffres de metz-Magasine en long et en large pour chercher l'erreur éventuelle et, même en cumulant exploitation et investissements, on ne parvient pas à expliquer cet écart.Ce qui m'atriste, en plus, c'est que je ne suis pas du tout un opposant à Dominique...Et lorsque je vois par ailleurs le chiffrage du coût de la "démocratie participative" avec notamment 185 000 euros pour les seuls comités de quartiers et 2 511 576 euros pour les frais de personnels associés... je tombe sur les fesses : quelle gabegie !D'autant plus qu'étant moi-même membre du comité de quartier je m'interroge sur l'aspect véritablement "démocratique et participatif" puisque les membres n'élisent pas les 9 animateurs et ne votent pas non plus les sujets à débattre : tout semble "ficelé" et sous contrôle de la municipalité !La transparence est une bonne chose mais, si l'on y met un voile opaque et pudique pour masquer certains détails, le remède n'est-il pas pire que le mal ?Enfin trouvez normal que les 2 animateurs de la ville se déplacent à nos réunions de quartier avec... chacun un véhicule "ville de Metz" : le co-voiturage n'est-il qu'un slogan ?Je suis peiné de vous faire de la peine mais, à peine 1 an après l'arrivée de Dominique, j'en suis aussi à me demander si nous n'avons pas eu tort de ne pas garder M. Rausch...

Erasme de Metz 19/04/2009 10:49


- pour boucler sur le pourcentage du "billet" il faut ajouter aux services généraux et au total l'affectation du résultat 2008 (env 3 Me) et Pompidou (30 Me)

- les 185 000 euros correspondent à une ligne de budget d'investissement, disponible pour pouvoir répondre aux besoins des projets

- le découpage utlilisé dans Metz Mag ne permets pas d'isoler le coût de la démocratie participative (au sens strict) en terme de focntionnement. C'est un découpage "arbitraire" qui vise à impulser
un état d'esprit. Les frais de fonctionnement recouvrent dans leur quasi totalité des servies existants auparavant et classés sous ce "chapeau: police municipale, sport, jeunesse, mairie de
quartier. Il n'y a donc pas gabegie, mais un affichage politique: par exemple, la finalité de la police municipale est de favoriser le lien social, de participer à la vitalité de la démocratie
(d'où les permanences initiées dans les quartiers) ... elle ne doit pas être un distributeur de PV, coupée des citoyens; il nous semble que c'est bien pour les agents de cette Police et bien pour
nous

- petite anecdote, pour préparer le programme municipal, on a éplucher les documents existants, et je puis vous assurer qu'on a trouvé des erreurs dans ce qui s'appelait le Vivre à Metz... même à
l'époque de JM.Rausch!

- j'avoue ne pas avoir pas eu le temps de me pencher sur le focntionnement des comités de quartier; je note vos commentaires


Léon 18/04/2009 17:27

J'aimerai comprendre votre développement dans metz-Magazine :-Page 6 il est indiqué que pour 100euros dépensés 42 euros vont aux Services Généraux (donc 42%)-Page 7, en centimes d'euros il est indiqué 49 143 707,76 euros soit 37% pour les services généraux.De deux choses l'une, ou bien la main gauche et la main droite se contredisent, ou bien quelqu'un s'est mis 5% dans la poche...Dans les 2 cas, cela ne fait pas très professionnel !

Erasme de Metz 18/04/2009 23:17


@ Léon
si vous vous reportez page 21 du rapport de présentation du budget (disponible sur ce site:
http://metz-utopie.over-blog.net/article-29614497.html), vous aurez une explication de ce mystère.
Le dessin avec le billet inclus à la fois les dépenses de fonctionnement et d'investissement. De plus, pour faire ce schéma, on a ajouté aux frais généraux l'affectation du résultat 2008 et les
mouvements liés au Centre Pompidou (on arrive alors à 42%). Le chiffre de 37% ne concerne que le fonctionnement hors affectation du résultat 2008 et hors mouvements liés à Pompidou.

(il y a cependant des petites inhomogénéités qui me chagrinent encore, liées aux présentation par nature ou par fonctions, mais ce n'est pas très important).

Si je résume, il n'y pas manque de professionalisme en terme de technique financière pure, mais par contre en terme de pédagogie, j'avoue que cela laisse largement à désirer...

Merci pour votre vigiance et votre question (même si sa formulation est acerbe !!!)


etienne 01/04/2009 23:06

c'est une nouvelle aventure prometteuse, et en plus cela devrait te faire du bien

Zigzornif 31/03/2009 15:27

j'aime déjà cette nouvelle rubrique.

Dominique 31/03/2009 14:41

Enfin, de la transparencemerci